L’endométriose et la naturopathie

Le diagnostic est tombé : vous souffrez d’endométriose !

Tous les mois, c’est pareil. Les règles sont douloureuses, de plus en plus douloureuses, même. Cela fait longtemps que vous souffrez et que vous cherchez à comprendre ce qui se passe.

Mais malgré le diagnostic, vous ne savez pas plus quoi faire ? La naturopathie peut vous aider parallèlement à votre prise en charge médicale.

Dans cet article, je vous explique ce qu’est l’endométriose, ses symptômes et ses causes et les solutions naturelles. La naturopathie accompagne naturellement l’endométriose.

endométriose et naturopathie

L’endométriose, c’est quoi ?

L’endométriose est une maladie chronique qui touche 1 femme sur 10 en France aujourd’hui (on parle même d’1 femme sur 7 dernièrement). C’est aussi la première cause d’infertilité féminine.

Chaque mois, les menstruations permettent de renouveler la muqueuse utérine, l’endomètre.  Normalement, tout se passe bien. Le sang s’écoule correctement vers la sortie. S’il est refoulé vers les trompes et la cavité abdominale, comme cela arrive parfois, le système immunitaire fait le nécessaire pour détruire ces cellules qui n’ont rien à faire là.

Ça, c’est quand tout va bien.

Dans le cas d’une endométriose, une partie du sang menstruel est « régurgité » (théorie de l’implantation) et les cellules endométriales qu’il contient ne sont pas détruites par le système immunitaire. Ces cellules migrent et s’implantent hors de l’utérus (ovaire, trompe, péritoine, vessie, etc.). Sauf qu’elles subissent chaque mois l’influence hormonale, saignent, adhèrent et entrainent des douleurs puissantes et souvent invalidantes qui impactent largement la qualité de vie des femmes.

Il n’existe pas de traitement à proprement parler. Souvent, une pilule supprimant les règles est proposée. Des médicaments antidouleurs sont également proposés. Dans certains cas, la chirurgie peut être nécessaire.

Quels sont les symptômes de l’endométriose ?

Le plus souvent, les femmes se plaignent de douleurs pelviennes récurrentes depuis longtemps. En gros, les règles sont très douloureuses, une douleur aigüe qui plie en 2 et empêche de vivre sa vie normalement.

Si vous souffrez de douleurs pelviennes chroniques à chaque fois que vous avez vos règles, et ce quelle que soit l’intensité des symptômes, consultez votre médecin et votre gynécologue car ce n’est en aucun cas normal.

D’autres symptômes sont variables d’une femme à l’autre. Il peut y avoir des douleurs avant les règles, des douleurs au moment de l’ovulation, des douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunie), des douleurs au moment de déféquer ou d’uriner, des douleurs abdominales ou digestives et dans certains cas, notamment lorsqu’il y a des zones d’adhérence, des douleurs chroniques quotidiennes. Pour certaines, les règles sont longues et très abondantes. La fatigue est souvent présente. Les troubles de l’humeur également comme de l’anxiété, de la dépression ou du repli sur soi (comme dans toutes pathologies chroniques, la douleur entraine un climat émotionnel tendu).

Quelles sont les causes de cette pathologie hormonale ?

Les causes sont multifactorielles, il ne faut pas l’oublier !

Pour retrouver un équilibre naturel correct, il est important de comprendre les origines de cette maladie. Il existe plusieurs théories sur ses causes. Vous retrouverez toutes les infos sur le site endofrance. Il est difficile de dire que cela vient uniquement de la génétique ou des facteurs environnementaux.

Par contre, il est essentiel de prendre en compte les facteurs aggravants. Parce qu’en travaillant sur eux, il est possible d’être soulagée, de diminuer les traitements médicamenteux et de retrouver un confort de vie plus acceptable.

L’endométriose est une maladie hormonale, certes mais c’est également une maladie inflammatoire. Les solutions naturelles visent donc à calmer l’inflammation et réduire les perturbations.

Vous souffrez d’endométriose et souhaitez retrouver un équilibre naturel et un confort de vie ?

Faites-vous accompagner en naturopathie !

Endométriose : la naturopathie accompagne !

Chaque femme est bien évidemment spécifique et aura donc besoin d’un accompagnement individualisé. Cela dit, je vous partage ici les conseils généraux qui vous permettront d’avancer. Avec une alimentation et une hygiène de vie adaptée, il est possible d’améliorer votre bien-être. Un accompagnement en naturopathie ne se substitue pas à la prise en charge médicale, mais complète celle-ci par une approche naturelle.

L’alimentation

L’inflammation est à la fois la cause et le facteur aggravant de la maladie. Il est donc essentiel de la réduire pour moduler les douleurs chroniques. Et cela passe par l’alimentation antiinflammatoire et la gestion du stress et des émotions. Revoyez votre assiette et limitez les aliments à action proinflammatoire.

Évitez :

  • Les céréales à gluten et le gluten ajouté présent dans le blé, orge, seigle, épeautre et les aliments transformés en général : baguette, pain de boulangerie, viennoiseries, plats préparés…
  • Les produits laitiers surtout industriels et ultra transformés : lait, yaourts industriels, fromage blanc, fromage, crème fraîche, voire même beurre
  • Le sucre ajouté sous toutes ses formes mais surtout le sucre blanc, les bonbons, les viennoiseries et les pâtisseries
  • Les graisses saturées telles que l’huile de tournesol, d’arachide, le beurre cuit et les produits industriels qui en contiennent
  • L’eau du robinet (j’en ai largement parlé dans l’article suivant ) car elle contient pesticides, nitrates, métaux lourds et autres polluants

Favorisez :

  • La cuisine maison à base de produits non transformés que vous cuisinez vous-même à la vapeur, basse température ou encore en crudités
  • Les aliments bio ou naturels, de saison sous leur forme brute : des fruits, des légumes, des céréales semi-complètes (riz, quinoa…)…
  • Des aliments frais, nutritifs et colorés riches en vitamines, minéraux, antioxydants et fibres : fruits, légumes, oléagineux (amandes, noix…), graines germées maison, pollen frais, algues marines, jus de légumes…
  • Des céréales semi-complètes variées : riz, quinoa, sarrasin, millet…
  • Des petits poissons gras riches en acides gras EPA – DHA : sardine, maquereau, hareng…
  • Des huiles végétales bio riches en oméga 3 à ajouter directement dans l’assiette : colza, noix, lin, cameline…
  • Des aliments antiinflammatoires : gingembre, curcuma, graines de courges, baies rouges, choux

L’alimentation est à adapter selon vos besoins nutritionnels et vos capacités digestives.

femmes endométriose

La gestion du stress et l’équilibre émotionnel

Le stress aggrave largement les symptômes. Et vous vous en êtes d’ailleurs rendue compte, lorsque vous êtes stressée, c’est pire !

Des techniques de relaxation, méditation ou sophrologie peuvent être utiles. Le yoga et le Pilate sont aussi intéressantes pour ramener du mouvement, de la mobilité au niveau de l’utérus et réapprendre à bien respirer. Dans certains cas, une psychothérapie est la bienvenue.  

Le massage est une pratique qui permet à la fois de détendre et d’apprendre à réinvestir son corps et son schéma corporel. Le massage Chi Nei Tsang, quant à lui, est de loin le massage qui produit le plus d’effets observables sur la diminution des douleurs et le confort de vie.

L’endométriose et la naturopathie : plantes et micronutrition

La naturopathie, c’est aussi un accompagnement par l’utilisation des plantes, des bourgeons, des huiles essentielles et des compléments alimentaires.

Les suppléments doivent être choisis en fonction des besoins et selon le déséquilibre hormonal observé, le plus souvent une hyperœstrogénie. Ce diagnostic doit être posé par le ou la gynécologue avec des analyses sanguines notamment.

Toujours en complément de l’approche médicale, des suppléments peuvent être proposés pour limiter l’inflammation et la douleur.

La prise de plantes, d’huiles essentielles ou de compléments alimentaires n’est pas anodine et comporte des contre-indications. Cela nécessite l’accompagnement d’un professionnel correctement formé (phytothérapeute, médecin, naturopathe).

Et pour conclure…

La gestion de l’endométriose est complexe et nécessite souvent une approche multidisciplinaire et holistique. Les solutions naturelles telles que l’alimentation, la gestion du stress, les massages et les plantes jouent un rôle important dans la gestion des symptômes et l’amélioration de la qualité de vie.

Il a été démontré qu’avec un accompagnement diversifié, en médecine, bien sûr mais aussi en naturopathie, psychothérapie, yoga, etc. les femmes retrouvaient un confort de vie plus rapidement et surtout plus durablement.

Ça pourrait vous interesser